Le cachot du chevalier noir (Happy Hour Escape Game)

Nous étions 4 à venir, motivés comme jamais (Maître Gim’s, si tu nous lis..)! Par un samedi ensoleillé, Loulou, Boutin, Coco Chanel et moi-même, nous sommes rendus chez Happy Hour Escape Game.

happy-hours-escape-game-facade

Happy Hour Escape Game est situé à Bonne Nouvelle (pas de jeu de mots, vous le ferez mieux que moi, j’en suis sûre!)

A notre arrivée, nous sommes pris en charge de manière collective avec une dizaine d’autres joueurs. Un maître du jeu nous explique les règles de base de l’escape game. Bon, pourquoi pas… Sachant que chaque groupe faisait une salle différente, ça n’aide pas beaucoup à l’immersion, mais disons que ça permet potentiellement d’échanger avec d’autres joueurs (ou, si vous êtes mauvais comme moi, de dire « bon, vu leurs têtes à tous, si on sort pas avant eux, on est vraiment trop nazes! »).

Détail (qui aura encore plus d’importance pour la suite) qui nous est précisé: ici, les Game Master ne nous entendent pas: « ouf! Asli, tu vas pouvoir laisser parler ton syndrome Gilles de la Tourette sans traumatiser les gentils GM! ».

Une fois les différentes règles rappelées, le Game Master nous laisse ranger nos affaires dans un casier fermé à clé, puis revêtir des capes de chevalier. Enfin, il nous explique le pourquoi de notre venue: venir combattre le terrible Chevalier noir. « C’est la mer noire? » entends-je déjà, non non! C’est bien l’affreux Chevalier noir, qui nous a apparemment fait prisonniers et qui a recruté son pire bourreau pour, dans une heure nous trancher la tête aux uns et aux autres. Vous l’aurez donc compris, nous avons une heure pour nous sortir de ce terrible cachot.

Et c’est parti pour 60 minutes…

Première impression: les décors sont vraiment très légers; pour un cachot du Moyen-Age, nous avons donc du papier-peint « mur en briques », du carrelage par terre, et au niveau décoration, une épée en bois, et une cage en fer. Bref, pas de quoi se sentir l’âme de Guenièvre ou Lancelot… La mission elle-même s’avère assez fluide et d’un niveau relativement très facile: d’une part, parce que les différentes énigmes à résoudre ne sont pas mélangées, vu que vous avez en tout 5 « stands » et que vous comprenez donc qu’à chacun d’entre eux, vous avez quelque chose à faire. Cette configuration permet par contre de se répartir les tâches et de gagner en temps, et également de se motiver tout au long des 60 minutes, puisqu’on arrive à avancer et à avoir des « mini-victoires ».

happy-hours-escape-game-cachot-7

Intérieur du cachot avec différents stands avec des mini-épreuves à réaliser

Nous avons à l’écran une barre de progression qui nous permet de voir que nous tenons un excellent rythme sur la grosse première moitié de la salle. Au moment d’accéder à la seconde salle, nous recevons notre premier message de la part du Game Master, nous demandant de faire attention à ne pas abîmer le décor (certains éléments étant fragiles dans votre tentative d’atteinte de la seconde salle). Nous faisons donc attention et repartons de plus belle. A 20 minutes de la fin, nous comprenons qu’il nous reste seulement le code de la porte de sortie à trouver. Ca sent bon la liberté…! Nous trouvons donc la formule qui nous permet de calculer le code. Nous avons un gros doute sur la manière de calculer l’un des chiffres dont nous avons besoin pour le code final, et commençons donc de multiples tentatives de codes finaux, malheureusement sans succès. Au bout de 10 minutes, nous recevons enfin un indice de notre maître du jeu, qui a eu pitié de nous. Mais en fait pas vraiment… L’indice qu’il nous donne est une reprise de la formule, que nous connaissons déjà depuis 10 minutes… Nous essayons donc de lui faire signe (puisqu’il n’entend pas), que nous avons déjà cette formule. Malheureusement, nous n’aurons plus aucun indice de sa part, et je vous avoue que les dernières minutes ont été trèèèès trèèèèès longues pour nous, à nous regarder, dépités, comprenant la sentence irrémédiable qui s’annonçait…

Et c’est ainsi, que, pour la première fois, nous ne sommes pas sortis…

Un jeune homme est venu nous chercher pour nous délivrer; devant nos mines déconfites, il nous a dit que c’était normal qu’on ne nous aide pas pour la dernière énigme, puisque c’était LA grosse énigme à trouver par soi-même (hein?). Face à mon agacement (certains diront que j’ai la défaite difficile), il s’est rapidement dédouané en disant que de toute façon ce n’était pas lui qui nous avait suivis pendant la partie. En sortant, celui qui nous avait expliqué l’histoire est venu nous dire tout sourire « oui je sais, le deuxième indice il ne sert à rien, mais on aime bien l’envoyer celui-ci »… Nous lui avons alors rétorqué qu’aucune aide pertinente ne nous a été apportée pendant les 60 minutes, ce à quoi il a rétorqué « après, vous n’avez pas réussi à sortir malgré le troisième indice… » face à notre surprise, il est allé vérifier à notre écran et de nous dire « ah, au temps pour moi! on ne vous l’a pas envoyé. C’est bizarre quand même, on doit l’envoyer cet indice normalement. Bon après, ce n’est pas moi qui vous ai suivis, donc  concernant l’aide, chaque maître du jeu a sa philosophie ».

Nietzsche, Kant, Descartes? Je ne sais pas à quel philosophe nous nous sommes frottés ce jour là (surtout qu’au final, à les croire, aucune des deux personnes présentes ne nous a suivis), mais toujours est-il que je garde un goût extrêmement amer de ce jeu.

Nous avons eu droit à une photo finale, détail sympathique: vous avez droit à une photo imprimée (une pour l’ensemble de l’équipe, faudrait pas pousser Mémé dans les orties non plus), c’est la première fois que je le vois et c’est plutôt sympa.

IMG_1354

Vous l’aurez compris: nous étions dans un déni total, même sur la photo

J’attends que de l’eau passe sous les ponts (métaphore: l’eau étant ici ma rage de mauvaise perdante et les ponts étant mon égo qui a pris un coup en ne sortant pas) pour potentiellement redonner une chance à Happy Hour Escape Game, mais en attendant, je vais me concentrer sur d’autres enseignes, qui assurent un suivi plus important (ou un suivi tout court) de leurs clients pendant une heure.

Les plus:

Salle accessible pour des débutants ou des groupes avec enfants
Originalité des mini-jeux
Photo imprimée à la fin

Les moins:

Très mauvais suivi de la part du Game Master
Décors très pauvres
Accueil très peu personnalisé

Il reste 20 minutes et seulement le code de sortie. AH! on va l’exploser le record!

Nos notes sur 5

Fouille  NoteNote
Décors  NoteNote 0,5
Immersion  NoteNote 0,5
Difficulté  Note
Note globale  NoteNote

NB: vous pouvez réserver Le Cachot du Chevalier Noir chez Happy Hour Escape Game de 3 à 6 personnes. Pour connaître tous les tarifs: c’est ici!

Plus d’infos sur: http://www.happyhourescapegame.com