Sorbonne 1935 (Prizoners)

Ahhhh la Sorbonne! Son mai 68, ses professeurs illustres, sa licence LEA… En bûcheuses que nous sommes, nous avons choisi d’aller découvrir l’enseigne Prizoners en testant cette salle. Ce jour était spécial: je souhaitais faire découvrir les escape games à deux personnes bien particulières: mes parents! Donc, grosse pression, je voulais que ça leur plaise!

Un accueil froid…

Nous arrivons à deux, avec 5 minutes d’avance. On n’a pas vraiment le droit à un « bonjour », il faut dire que la personne qui est présente est en pleine discussion avec deux hommes qui semblent être des investisseurs, donc conversation importante. Un maître du jeu arrive et nous demande si nous sommes « la Sorbonne ». Oui, c’est nous la Sorbonne, mais nous ne sommes pas au complet. Il repart et nous laisse là, on en déduit donc qu’on doit patienter ici, on se met donc sur un banc dans un coin, vu que l’espace d’accueil est occupé par la réunion qui a lieu. Il y a à côté de nous une fontaine à eau et des bouteilles ouvertes posées, donc si on a soif, on peut sûrement se servir. Vous l’aurez compris, pour l’accueil, on repassera…

IMG_1167

Vue depuis notre petit banc

Une mission un peu complexe..

Nous sommes enfin au complet et c’est avec grand enthousiasme que l’on commence donc notre brief de mission. Premier point qui est appréciable, notre maître du jeu est, je pense, comédien, et il vit vraiment l’histoire qu’il est en train de raconter. Par contre, on vous avoue que niveau scénario, c’est un peu alambiqué: une histoire d’organisation secrète, qui en combat une autre, qui du coup, remonte dans le temps, parce qu’il y a de drôles d’événements qui se produisent dans la Sorbonne, mais qu’on ne sait pas vraiment pourquoi, mais qu’une sphère devrait nous révéler pourquoi il se passe des choses bizarres… Le tout, en 1935! (d’où le titre! donc, rien à voir avec un effet de style genre Eiffel 65).

Vqmm_f-maxage-0

Après le brief…

Choix du niveau et entrée dans la salle

Pour cette salle, il vous sera demandé de choisir le niveau d’aide du Game Master: facile (la voix vous enverra des indices d’elle-même et répondra si vous lui posez une question), moyen (elle ne répondra que si vous lui posez une question) ou expert (aucune aide, la seule voix qui vous aidera sera celle(s) dans votre tête). Nous hésitons entre facile et moyen, notre GM nous conseille moyen, donc nous partons là-dessus.

Alors que nous allions entrer dans la salle, un autre game master arrive et nous stoppe dans notre élan, nous demandant 2 minutes car il doit faire quelque chose dans la salle. Ouf, on a sûrement échappé à un problème dans le déroulement de notre session… Bon, du coup, on en profite pour aller faire pipi (important!) et on peut finalement entrer dans la pièce.

De très beaux décors et beaucoup de fouille

Nous découvrons donc le bureau du Doyen de la Sorbonne: les décors sont vraiment beaux, on a une ambiance sonore de type radio de 1930, bref, vraiment très sympa. Le jeu débute avec beaucoup de fouille, ce qui nous plaît plutôt et me paraît adapté pour une équipe avec des novices. Nous évoluons de manière fluide (merci à mon père de connaître les échecs, sinon nous aurions fait un échec et mat total sur une épreuve) et accédons assez rapidement à la deuxième pièce, qui s’ouvre de manière plutôt originale (là encore l’immersion est vraiment bonne). De nouvelles énigmes nous attendent, plus ou moins évidentes, mais intéressantes.

Capture d’écran 2016-04-26 à 23.00.31.png

Petit zoom sur le bureau du doyen…

Gros cassage d’ambiance

Nous réussissons à ouvrir une boîte (mais nous apprendrons que nous n’aurions pas du réussir à l’ouvrir sans clé…), et continuons notre progression. Alors que nous venons de trouver un code qui marche sur un cadenas, celui-ci nous permet d’ouvrir une boîte qui contient une clé, et à cette étape du jeu, nous avons du mal à comprendre à quoi elle pourrait servir… Alors que nous sommes en plein débat sur son utilité, ça frappe à la porte. Un esprit de la Sorbonne?? Non, il s’agit en fait de notre Game Master qui entre dans la pièce! « Temps mort! désolé, on a inversé les cadenas, ce n’est pas cette boîte que vous auriez du réussir à ouvrir, mais une autre. Je vais donc juste vous demander de ne pas regarder pendant que je règle le problème… ». Environ deux minutes de pause le temps de ranger la boîte, chercher le code pour un des deux cadenas, et les remettre au bon endroit… Autant vous dire que tout le bien que je pensais de l’immersion est retombé en une seconde…

giphy

Sors! Sors! Et laisse-nous terminer le jeu!

Fin de session laborieuse

Quand on a choisi le niveau d’aide, on s’est dit qu’en soi, on pourrait poser les questions qu’on voudrait, mais en fait, c’est un peu lourd, d’une part, de formuler des questions et d’autre part, de réussir à obtenir une réponse (car vous n’aurez pas toujours réponse à vos questions, donc il faut bien la formuler, qu’elle soit audible pour le game master, et pas trop précise ni trop large, sans quoi vous risquez de ne pas être aidé). C’est clairement ce qui nous est arrivé lorsque nous avons bloqué sur une énigme qui demande un peu de manipulation. Nous avons passé nos 20 dernières minutes dessus, sans réussir au final à vraiment avoir une réelle aide de la part du Game Master (à noter aussi que parfois nous n’avions même pas de réponse…).

Condamnés à rester hanter les amphis de la Sorbonne

On aime trop les études je crois, et c’est donc sur la fameuse étape où nous avons bloqué que nous avons malheureusement définitivement échoué. Il nous restait encore pas mal de choses à découvrir et je suis assez déçue qu’on n’ait pas eu une aide adaptée pour en avoir un aperçu. Pendant le débrief, le GM a confirmé que si nous avions choisi le niveau « facile », la voix nous aurait certainement donné la solution directement (ce qu’on essayait d’éviter en espérant néanmoins une aide pertinente.. il devrait y avoir un juste milieu non?). Le Game Master a eu des difficultés à nous montrer comment bien faire la manipulation, on sent quand même le truc un peu bancal… De plus, il ne s’est pas excusé pour l’irruption en pleine session, et n’a pas cherché à nous faire un débrief de notre progression (points forts, points faibles etc), et ce, malgré le fait que nous ayons insisté sur le fait que c’était une première pour deux d’entre nous.

 

Points forts

Acting de la part du Game Master
Beaux décors et bonne immersion
Enigmes plutôt intéressantes dans l’ensemble

Points faibles

Accueil très froid
Une énigme infaisable sans connaissances en échec: c’est pour moi un vrai point noir, car l’esprit des escape game est vraiment « venez sans connaissance particulière »
Problème de mise en place de la salle et interruption en plein jeu, sans réelle excuse en plus…
Le système de Game Mastering, qui ne s’adapte finalement pas à la progression que vous aurez pendant le jeu, mais à ce que vous aurez choisi avant (à croire que si vous vous sentez l’âme d’un expert mais que vous bloquez sur la première énigme, on vous regardera pendant 60 minutes vous arracher les cheveux)

 

Trop bien! Pour une fois on a réussi à ouvrir un truc qui n’avait pas besoin de clé! D’habitude, on pense qu’il faut une clé, et là, on n’a pas attendu bêtement!
(au moment du débrief) Ah bon? il y avait besoin d’une clé?…

 

Nos notes sur 5:

Fouille  NoteNoteNoteNote
Décors  NoteNoteNoteNote 0,5
Immersion (à supposer que le GM n’entre pas dans la salle au milieu du jeu)  NoteNoteNoteNote
Difficulté NoteNoteNoteNote 0,5
Note globale (pour une session sans problèmes)  NoteNoteNote 0,5

NB: si vous êtes nostalgique de vos années fac, vous pouvez venir retourner le bureau du Doyen, vous pouvez y aller pour un TD en groupe de 3 à 5 personnes. Pour connaître les tarifs, suivez le guide! Plus d’infos sur: https://www.prizoners.com