L’Enlèvement (The Game)

L’aventure commença par un texto…

« Je suis toujours pas partie… Je pense que je serai là avec 30 minutes de retard… »

A défaut du fameux texto de Max dont tout le monde parle, mais que personne n’a l’air de recevoir (deuxième fois qu’on ne le reçoit pas, après le braquage), nous avons reçu celui d’une de nos co-équipières alors que nous l’attendions devant l’enseigne de The Game.

Vous l’aurez compris, lorsque nous sommes accueillies à 3 au lieu de 4 par Etienne, notre Game Master, nous sommes un peu stressées à l’idée de lui annoncer qu’il nous manque quelqu’un, qu’on aimerait bien l’attendre, mais qu’on ne sait pas dans combien de temps elle va arriver, car elle est coincée au boulot…

costume-gif

En même temps, sauver des vies, ça n’attend pas!

Etienne garde son sourire, nous dit qu’on va tout faire pour l’attendre, mais que bien entendu, on fera dans la limite du possible, et qu’au pire, notre co-équipière de choc pourra nous rejoindre en cours de partie. Plutôt cool!

L’info qui te plombe l’ambiance…

Nous essayons de gagner de précieuses minutes, mais Etienne nous annonce finalement qu’il va devoir commencer le brief. Il est définitivement très chic, car depuis 15 minutes, alors qu’il souriait et s’inquiétait pour notre partie, il avait un problème bien plus grave en tête: sa petite soeur, Lise, grande danseuse par ailleurs, a disparu… Les quelques indices laissent clairement penser qu’elle a été kidnappée… Nous allons donc l’aider à retrouver Lise et aurons pour cela accès à sa chambre pendant 60 minutes.

Nous entrons à 3 dans la chambre de Lise et découvrons une chambre des années 50. Les éléments habituels de l’escape game sont adaptés à l’époque: ici, nous aurons une notion du temps qui passe grâce à un sablier, et les indices nous seront envoyés via une boîte aux lettres. Autre chose assez marquante dans cette salle, c’est la bande-sonore: uniquement des chansons des années 50, ce qui donne un côté très cosy à la pièce, et qui nous fait presque oublier que nous n’avons pas toute la journée pour sortir.

La fouille que nous entamons s’avère plus compliquée qu’habituellement, car les éléments que nous trouvons ne font pas tout de suite sens. C’est alors que nous nous posons tout un tas de question que…

getexcited.gif

Ouiiiii notre équipe est enfin au complet!

Une fois notre avancée résumée, nous reprenons de plus belle, tout en chantonnant (ambiance musicale oblige, et en plus, j’imite très bien Edith Piaf (on m’appelle La Môme dans les rues de Montmartre)).

Cette pièce comporte de nombreux tiroirs, étagères, placards, et la fouille doit donc être très minutieuse pour ne passer à côté d’aucun élément. Une fois cette fouille passée, vous allez pouvoir avancer sur différentes énigmes, qui, pour la grosse première partie de la salle, ne nous enthousiasment pas des masses, avouons-le. De plus, l’aspect très linéaire de notre progression fait qu’on n’a pas vraiment de sensation de rythme soutenu comme on peut y être habituées.

Toutefois, la partie bascule à un moment donné et là, le changement d’ambiance et certains éléments originaux sont autant de choses qui confèrent à cette salle un vrai…

nicky.gif

En effet, il est sincèrement difficile de rattacher L’enlèvement à une autre salle (avec une vingtaine de salles en catalogue, nous avions pourtant l’embarras du choix!), car le décalage entre l’atmosphère très calme et charmant de la chambre de Lise est assez saisissant avec l’ambiance qui règnera certainement dans les dernières minutes de votre partie!

Justement, parlons-en, de nos dernières minutes! A 10 minutes de la fin, la musique devient beaucoup plus angoissante (on vous rassure, pas de Zaz au programme, on reste dans le cadre d’un loisir, quand même!) avec des morceaux classiques qui respirent le stress!

Nous partîmes 3, mais par un prompt renfort…

nous sortîmes 4 (et on ne compte même pas Lise!). Encore une bonne dose de stress et nous sortons finalement de la terrible chambre de Lise! Le sablier semble encore contenir pas mal de sable, mais en fait, pas trop non plus, puisque nous sommes sorties en 58 minutes!

Pour la photo finale, nous pouvons prendre des accessoires qui nous plaisent, et ce qui est sympa chez The Game, c’est qu’on peut toujours poser dans la salle où on vient de faire la partie.

equipe_2016051720_salle2.JPG

Photo la plus improbable de l’histoire

J’ai trouvé une boîte!!! Ah bah non, ce sont nos téléphones portables…

Les Plus

Un accueil au top: on avait bien conscience que ce n’était pas le génial d’arriver en partie en retard, mais pour autant, on ne nous l’a pas fait du tout ressentir
Une vraie histoire avec quelques rebondissements
Un rythme soutenu dans les dernières minutes

Les Moins

La bande-son: même si elle est en lien complet avec le thème et l’époque de la salle, elle instaure une sorte de quiétude qui m’a un peu gênée pendant le jeu
Déjà-vu pour certaines énigmes: vu l’année de lancement de The Game, on ne les accuse pas de plagiat. Mais nous avons malheureusement été précédemment chez une enseigne qui a du s’inspirer fortement de certaines énigmes, ce qui fait que nous avons eu un vrai sentiment de déjà-vu à deux (voire trois) reprises.
Progression linéaire pour une très grosse partie du jeu, donc un peu de battement entre les différentes étapes (à 5, ça doit encore plus se ressentir)

Nos notes sur 5:

Fouille  NoteNoteNoteNote
Décors  NoteNoteNoteNote 0,5
Immersion  NoteNoteNote
Difficulté  NoteNoteNoteNote 0,5
Note globale  NoteNoteNote

NB: si vous avez plutôt une tête de rat que la grâce d’un rat de l’Opéra, que vous aimez Yves Montand et Charles Trenet mais que quand vous voulez les écouter en soirée, on vous traite de vieux (en vrai, si vous faites ça, oui, vous êtes vieux), enfilez vos collants et venez en troupe de 3 à 5 danseurs/danseuses.
Plus d’infos sur www.thegame-france.com. Pour connaître les tarifs, c’est ici.