Objectif Mars (Destination Danger)

Une mission spatiale… C’est un tout nouveau challenge qui nous attend dans cette nouvelle enseigne d’escape game qu’est Destination Danger. Ce thème n’a encore jamais été fait dans une salle parisienne. Pour l’occasion, notre équipe a allié ses forces avec la Team Big Mac Gyver

tumblr_m5hkjarbJk1qj8nkyo1_400.gif

Notre équipe de Gangstas était prête comme jamais

Nous sommes accueillis par le gérant de Destination Danger, qui a une patate d’enfer. Il est extrêmement enthousiaste, et c’est plaisant car il prend le temps de parler un peu d’escape games avant de rentrer dans le vif du sujet.

Un brief qui n’en finit pas

Et quel sujet…! Le brief le plus long de l’histoire nous a été offert: au début, la mission nous parait plutôt claire: nous sommes ici car nous devons « intercepter » une capsule spatiale qui se dirige droit vers la Terre, et est programmée pour la détruire. Si nous n’arrivons pas à temps pour la désactiver, la Terre va exploser. Mais voilà que l’histoire se complique, notre hôte nous explique qu’il sera avec nous, qu’il va nous aider, pas nous piéger, car il pourrait nous piéger, mais pourquoi nous piéger, vu que lui aussi est dans la navette avec nous, même s’il n’y est pas vraiment, mais qu’il ne veut pas mourir, et que nous non plus certainement, mais que vu que ça fait 29 jours que nous voyageons et que si nous restons dans la capsule, certes, nous aurons sauvé la Terre, mais nous, nous allons mourir de manque d’oxygène, donc il faut aussi sortir, mais, avant désactiver les ogives…

raw.gif

Je ne comprends plus rien…

Ca y est… le brief est terminé… il semblerait que notre mission va enfin pouvoir commencer. Pas encore, il faut d’abord enfiler nos « combinaisons spatiales » (gentiment prêtées hors saison de tournage par les agriculteurs de l’Amour est dans le Pré). Petite précision: ce jour là, il faisait 40 degrés et nous n’avions pas nécessairement envie d’ajouter une couche supplémentaire sur nos corps déjà en souffrance… Nous demandons si c’est vraiment nécessaire: « oui, pour vous protéger dans la capsule ». Bref, ce n’est pas vraiment négociable. L’ancien possesseur de ma combinaison portait une eau de cologne qui ne se mélange pas nécessairement idéalement à mon parfum, mais ce joyeux partage d’odeur me rappelle les temps forts du sport au collège où on échangeait joyeusement nos chasubles entre deux parties de volley/hand/basket. On s’exécute donc: nouvelle épreuve qui s’annonce, très personnelle cette fois-ci: je pense avoir mis 5 minutes à réussir à enfiler la mienne..

girls-putting-the-squeeze-play-on-their-pants-15-photos-111.gif

« Tenez bien la combi, je vais sauter dedans! »

C’est bon, la combi est enfilée!!! Il est minuit, et malheureusement, l’enseigne doit donc fermer, mais on nous propose de revenir le lendemain. Comme dans les Bronzés font du ski, je décide de dormir avec ma combi, histoire de ne pas perdre des heures qui nous seront peut-être précieuses le lendemain. En vrai, il nous reste du temps, et nous partons donc enfin découvrir notre vaisseau.

Allo Houston, on a 30 problèmes…

Sympa, on y entre par une porte qui imite plutôt bien ce que j’imagine être une entrée de vaisseau spatial. Nous découvrons une pièce blanche avec des tuyaux (blancs également), très peu d’éléments et beaucoup de cadenas… beaucoup beaucoup.. Une trentaine en tout. Tous identiques, à 3 chiffres.

Cette vision aurait pu nous démotiver, mais c’est au contraire remontés à bloc que nous entamons ces 60 minutes. Nous commençons à fouiller, ce qui ne paraît pas vraiment évident au départ, au vu du peu d’éléments (hors cadenas) qui sont dans la pièce. Ca y est, nous trouvons un premier code, qu’il faut donc essayer sur l’ensemble des cadenas de la salle (ah oui, au cas où vous vous poseriez la question, lorsque l’on trouve un code, il n’y a pas de logique pour savoir quel cadenas doit être ouvert avec). Notre Game Master communique avec nous via un écran sur lequel nous le voyons taper en direct; il est très réactif et est amené à nous aider assez fréquemment pendant tout notre jeu.

Beaucoup de cadenas, mais pas que…

Quelques éléments autres que des cadenas et assez ludiques font leur apparition (qu’on s’accorde, leur but est de vous révéler un code à 3 chiffres pour les cadenas restants). Nous butons sur une manipulation, qui nous a semblé assez difficile à réaliser..

Le temps presse, nous avons réussi à désactiver la capsule, ne reste plus qu’à sauver nos peaux. Malheureusement, nous n’y parviendrons pas… C’est finalement à 1h06 que nous sortons du vaisseau.

Notre Game Master nous rejoint et prend le temps de débriefer avec nous. Face à quelques remarques un peu sceptiques sur la pertinence ou non de mettre autant de cadenas, on le sent complètement convaincu par le côté prenant de sa salle.

Nous remontons finalement pour prendre notre photo finale, qui nous vaudra un certain nombre de fou-rires une fois que nous la découvrirons…

Capture d’écran 2016-07-14 à 17.00.47.png

Si le désespoir avait un visage…

« On prend la photo? » « Attends, avant il faut que je t’annonce quelque chose sur ta famille… »

Les Plus

Un thème original: c’est la seule salle dans Paris qui propose d’embarquer à bord d’une navette spatiale et l’idée est plutôt sympa
Un gérant/Game Master passionné: l’accueil qui nous a été réservé était très sympa, et si vous aimez parler escape game, vous serez servi avec votre hôte. De plus, on a apprécié qu’on nous laisse des minutes supplémentaires pour pouvoir terminer la salle et profiter jusqu’au bout de l’expérience. C’est chic!
Une salle intense: de par le nombre de cadenas présents dans la salle, vous n’aurez pas l’occasion de beaucoup vous ennuyer pendant une heure

Les Moins

Une salle intense, mais pour les mauvaises raisons: avec une trentaine de cadenas présents dans la salle, effectivement, pas une seconde pour s’ennuyer: pour autant, cette intensité est créée artificiellement par la fausse difficulté de la salle
Enigmes assez pauvres: si on se concentre sur la difficulté même des énigmes, celle-ci est très faible, et aucune d’entre elles ne vous demandera énormément de réflexion
Décors faibles: même si la porte d’entrée est sympa, il est vrai que les décors auraient pu être plus immersifs

Nos notes sur 5:

Fouille  NoteNoteNote 0,5
Décors  NoteNoteNote 0,5
Immersion  NoteNoteNote 0,5
Difficulté  liée aux énigmes NoteNoteNote 0,5 / liée à la densité des cadenas NoteNoteNoteNoteNote 0,5
Note globale  NoteNote

NB: si vous êtes fétichiste des cadenas, si pour vous, une bonne salle, c’est une salle où on n’arrête jamais et si vous avez pu passer l’ensemble des tests de la Nasa, vous pourrez embarquer à bord du vaisseau spatial, qui accepte un équipage de 2 à 5 cosmonautes. Pour connaître les tarifs, suivez le guide! Plus d’infos sur: http://destinationdanger.fr