Le Cheval du Joker (60min Escape)

Enseigne encore inconnue pour nous, 60min Escape propose deux salles, qui accueillent au minimum 4 joueurs et maximum 6. Le format niveau équipe est donc plutôt original. Pour l’occasion, nous y sommes allés en effectif assez exceptionnel puisque nous étions 6 ! Nous arrivons dans une cour d’immeuble et découvrons que l’enseigne se trouve en sous-sol. L’un de nous semble un peu en retard, nous décidons de l’attendre devant l’enseigne ; lorsqu’il est pile l’heure de notre réservation, nous sommes invités assez expressément à venir pour commencer le brief, même si nous avons dit que le dernier membre arrivait d’ici deux minutes. Bref, on sent qu’on n’a pas forcément énormément de temps par session. Tous contre le mur, nous assistons donc au brief : le joker (celui des jeux de cartes) a perdu sa femme, la Dame de Pique. Pour la retrouver, il a besoin d’une équipe de choc, et il lance donc un casting au sein d’une pièce qu’il a confectionnée lui-même : seront recrutés à l’issue des différentes énigmes de la salle 6, 5, 4, 3, 2, 1 ou 0 d’entre nous (on n’a pas trop compris ce concept là).

Système d’indice breveté comme le plus complexe du monde

On nous remet une carte avec les photos de l’ensemble des 13 énigmes qui sont dans la salle. Pour être aidés, nous devrons donner le numéro de l’énigme sur laquelle nous sommes, et le joker, s’il est de bonne humeur, nous donnera un code qui nous permettra d’ouvrir un cryptex contenant un indice en lien avec l’énigme (oui, vous pouvez recompter le nombre de mots, c’était bien la phrase la plus longue de l’histoire). Dernier conseil de la part de notre hôte : rester groupé. C’est sûrement l’une des premières fois qu’on nous donne ce type de conseil : d’après elle, nous devons rester à 6 sur chaque énigme et ne surtout pas nous répartir les tâches.

trop choqué

Mais… on nous a toujours dit de nous répartir les tâches!

Nous découvrons donc la salle, pleine de couleurs et avec différents « stands », chacun correspondant à une énigme à résoudre. Nous découvrons également la voix du joker, qui va nous insulter accompagner pendant 60 minutes : une voix complètement trafiquée, suraigue, et pas des plus agréables.

Mais si ce n’était que la voix…

C’est parti, le chrono se met en marche, et nous fouillons et testons des choses un peu partout ; le joker prend immédiatement la parole « est-ce que l’écervelée qui est en train de toucher à cet objet peut le reposer toute de suite ? ». Ca surprend, ça fait rire, mais il enchaîne de suite sur une autre personne « pas touche à ça non plus, dégénéré ». Clairement, on le comprend dès les premières secondes : le joker ne va pas être notre allié pendant la partie, pire, il va être notre pire ennemi.

joker méchant

Le joker en roue libre…

Après un premier stand que nous comprenons assez vite, nous tournons en rond, et au cas où nous n’en aurions pas conscience, notre ami joker est toujours là pour nous le rappeler « regardez moi cette bande d’idiots qui fait n’importe quoi… ». Nous attendons un peu, pensant pouvoir trouver par nous-mêmes, mais le joker nous conseille de prendre un indice, ce que nous faisons. Il nous communique donc un code nous permettant d’ouvrir le cryptex correspondant à l’énigme. A l’ouverture du cryptex, une photo, qui nous permet de comprendre ce que nous devons faire pour ouvrir un des cadenas qui se présente à nous. Et là, malheureusement, nous ne pouvons pas vous spoiler, mais l’idée la plus saugrenue de l’histoire de l’escape game se trouve donc dans cette salle.. Difficile d’imaginer un groupe qui aura cette idée de lui-même… Et clairement, aucun sens là dedans…

gaga

Heu… C’est quoi cette énigme?…

Un peu d’originalité, mais aucune cohérence

Nous pouvons donc de nouveau progresser, et un mécanisme plutôt sympa (mais lent) nous permet de poursuivre l’aventure. De nombreuses nouvelles énigmes se présentent face à nous, et nos réflexes de vieux escape gamers qui ont roulé leur bosse nous invitent à nous mettre en parallèle sur différentes énigmes ; nous sommes fortement réprimandés par le joker, qui insiste pour que nous fassions une énigme (qu’il nous désigne) tous ensemble. Pas envie de notre côté, surtout que ladite énigme est très difficilement faisable à plus de deux sans se gêner…

Les énigmes sont originales, mais aucunement liées entre elles, ce qui est un peu dommage… Nous avons résolu l’ensemble des énigmes de la salle, il nous reste à nous délivrer. Malheureusement, notre sort se jouait au hasard et nous n’aurons pas eu le temps de tenter notre chance pour nous libérer définitivement du terrible joker.

Un débrief pour le moins détonnant

Le gérant entre tout de suite dans la salle pour débriefer avec nous. C’était lui le joker et à priori, il n’était pas encore sorti de son rôle (heureusement, il avait tout de même repris sa voix normale), puisque nous avons eu le droit à un florilège de reproches et moqueries. Le principal reproche a été de ne pas écouter leur conseil initial : rester groupés (je vous passe la théorie hautement mathématique du « en équipe de x personnes, vous mettez x minutes et y secondes à résoudre l’énigme, en équipe de z personnes, vous mettez tant de temps… »). Bref, nous ne savions pas que nous avions face à nous l’homme qui avait trouvé la formule permettant de savoir en combien de temps on résout n’importe quelle énigme selon le nombre de personnes.

Nous avons terminé par une photo finish (qu’on a du refaire parce qu’on n’avait pas l’air assez contents). Pour la seconde photo, on nous a demandé « vous avez aimé? » pour que l’on réponde « ouiiiii » tous en coeur, mais nous n’avons, vous vous en douterez, pas non plus passé le casting de la photo joyeuse, et avons eu un peu de mal à cacher le fait qu’on était complètement sonnés (du coup, comme on doit vraiment avoir des sales gueules, pas moyen, 3 semaines après, de récupérer cette photo. Mais notre équipe de choc a plus d’un tour dans son sac, et a pu récupérer le négatif de la photo).

tumblr_static_tumblr_static__640.jpg

Pourtant on avait l’air contents…

Une fois la photo prise, le gérant et la personne qui nous avaient accueillis retournent dans la salle pour la ranger. On récupère donc nos affaires et on attend un peu… A priori, ils considèrent que notre session est vraiment terminée. On tente un « merci ! » un peu fort, pas de réaction… « Bon bah au revoir… ! » toujours rien… On est partis (on en profite au passage pour vider la caisse et toucher les 10000 euros sans passer par la case départ).

« Je crois que ton intelligence équivaut à la longueur de tes bras… Petits bras, petit cerveau ! »

Les Plus (grattés au fond d’un tiroir)

Des énigmes originales : les énigmes sont plutôt du jamais vu, ce qui constitue un bon point. Sont-elles réellement intéressantes ? Pas vraiment…
Un mécanisme sympa : comme dit plus haut, la résolution d’une énigme en début d’aventure nous a permis de découvrir un mécanisme original, mais malheureusement un peu répétitif (deux fois, c’est rigolo, cinq, on commence à se dire qu’on perd son temps)
Un Game Mastering atypique : adeptes des relations sado-masochistes, vous devriez grandement trouver votre compte ; si vous êtes sado, vous trouverez dans le personnage du joker un puits sans fond d’inspiration et d’insultes pendant 60 minutes ; si vous êtes maso, nulle doute que vous atteindrez le nirvana face à une fréquence aussi haute de rabaissement.

Les Moins

Un accueil hors du commun : alors que notre hôte de départ a été plutôt agréable, on a très vite senti que l’enseigne est focalisée sur le « pendant » l’escape game, et que pour tout ce qui est autour (avant/après), on s’en fout! du coup, pas de petit verre avant/après (gain : une minute), pas d’au revoir (gain : deux à cinq secondes (selon votre débit)) ; le temps, c’est de l’argent!) ; au-delà de ça, on a déjà vu des enseignes avec un timing serré qui prenaient le temps d’être polis ; de manière globale, on sent que le gérant n’a compris ni le concept des escape games, ni appris celui de la politesse
Un Game Mastering original : même si on comprend très bien (et très très vite) que le joker est très très très méchant, pour autant, le fait de se faire casser au moindre fait et geste devient un peu lassant. On reste quand même dans un loisir, pas sûrs que tout le monde appréciera le vocable et l’humour du joker castré (rapport à sa voix, le reste, on ne sait pas).
Peu de liberté pour les joueurs : avec le joker qui vous donne des ordres car il a une idée très précise de quelle énigme doit être faite en premier et par combien de personnes, vous risquez fortement de vous faire complètement incendier si vous lui faites l’affront d’essayer de faire autre chose que ce qu’il souhaite
Des énigmes sans aucun lien les unes avec les autres : c’est toujours un peu décevant de devoir enchaîner des énigmes qui n’ont pas de rapport entre elles

Nos notes sur 5

Fouille  NoteNoteNote 0,5
Décors  NoteNoteNote 0,5
Immersion  NoteNoteNoteNote 0,5
Difficulté NoteNoteNoteNote 0,5
Note globale  NoteNoteNote 0,5

NB: Si vous avez un pote dont l’égo est un peu trop fort ces derniers temps et qu’une bonne pluie d’insultes lui ferait le plus grand bien… Si vous vous vous sentez offusqués quand on vous dit « au revoir »… Si vous aimez les voix de castrats… Venez chez 60min escape pour retrouver la Dame de Pique en équipe de 4 à 6 personnes. Pour connaître les tarifs du club SM  de l’enseigne, c’est par ici (auto-dérision non fournie, pensez bien à venir avec, sinon, les 60 minutes vont être très très longues…)
Plus d’infos sur: https://60escape.com