Le Joker (Omescape)

Pour ceux qui suivent assidument nos aventures, vous savez certainement que nous avons déjà rencontré le Joker il y a quelques mois de cela. La première rencontre n’a pas vraiment été un coup de foudre; mais nous sommes du genre obstinées, donc nous nous disons qu’il est temps de donner une chance à un autre Joker. Nouveau Joker, nouvelle ville, soyons positifs!

L’espace d’accueil chez Omescape est très agréable (lire « il y a plein de bonbons »). C’est donc en engloutissant des Krema (team cerise) que nous écoutons François-Xavier, notre Game Master, nous raconter l’histoire du Joker, qui est loin d’être funky.

katy-perry-eating-candy.gif

Pleine de compassion et de bonbons

Le Joker et son passé lourd…

Le Joker, tu sens que c’est le mec qui n’a pas vraiment eu beaucoup de chance dans la vie; si tu avais une caméra, tu décrocherais facile une palme d’or en faisant un biopic polonais sur sa vie. Pour vous la faire courte, il a  vu sa famille entière disparaître pour des raisons diverses et variées, son cirque brûler et je suis sûre qu’il a dû aussi contracter une petite mycose pour couronner le tout. On comprend donc que le monsieur n’est plus vraiment très stable dans sa tête et qu’il en veut un peu à la terre entière, depuis son antre.

Il se trouve que deux membres de notre équipe viennent d’être capturés par le Joker, qui kidnappe des gens un peu au hasard dans l’optique de se venger. Les deux autres devront dans un premier temps les retrouver, puis les libérer, avant de réussir à sortir de ce terrible antre.

Vous l’aurez donc compris (on vous le dit car c’est bien indiqué sur le site d’Omescape): vous commencerez donc l’aventure séparés en deux groupes. Normalement, l’aventure se joue à 5 minimum, mais on a le goût du risque, on a insisté, et du coup, François-Xavier réfléchit à un stratagème pour que ce soit faisable à 4 (« normalement, ça devrait passer! » nous a-t-il dit).

Bienvenue dans l’antre du joker…

Si on s’en tient juste au style architectural, on peut se dire qu’à première vue, le joker a un appartement « lambda ». Mais on est saisies dès les premières secondes par une ambiance assez malsaine et inquiétante. Aucun doute, le joker a décoré lui-même cet endroit (ou alors, quand Valérie Damidot lui a demandé un thème particulier, il a dit « détraqué »). Première étape à réussir: nous devons trouver un moyen de communiquer avec les deux autres membres de l’équipe.

Mot-clé du début: Communication

Une fois cette étape réussie, on comprend que, même si pour l’instant, on a aucune idée d’où se trouve nos acolytes (et vice versa), leurs actions ont un impact direct sur l’endroit où on se trouve. Du coup, il s’agit de bien communiquer et de bien décrire tout ce qu’on voit. Arrive le fameux moment où on se dit « ah oui, effectivement, à 3, ça aurait quand même été plus simple! ». Après quelques vaines tentatives, François-Xavier nous demande si on a besoin de son aide. Pourquoi pas…

pleaaaase.gif

En vrai, on était comme ça…!

Après l’intervention ultra rapide de notre Game Master, c’est reparti! On continue à progresser, mais toujours pas nos acolytes en vue. Pour autant, de nouveaux éléments qu’elles vont nous communiquer vont nous permettre de poursuivre notre aventure.

Arrive alors un mécanisme plus ou moins kiffant selon votre personnalité; mais en tout cas, c’est du jamais vu pour nous, et honnêtement c’est très bien trouvé et très cohérent avec l’histoire que nous sommes en train de vivre. Ca aide beaucoup à l’immersion.

hey heyyy.gif

Hey heyyyyyyy

Ca y est! Notre équipe de choc est finalement au complet, et nous comprenons vite que nous avons encore du pain sur la planche avant de comprendre tous les mystères qui entourent le Joker. Nous parcourons différents documents, qui nous permettent de lever le voile petit à petit sur la personnalité hors norme de notre hôte absent.

L’énigme finale est agréable à résoudre (elle vous demandera beaucoup d’observation!) et c’est finalement au bout de 55 minutes que nous sortons finalement de la salle.

lAfHiOGn.jpg

« Vas-y, vas-y! Pousse moi! Ah! ça fait peur! j’ai cogné un truc!!! »

 

Les Plus

Une ambiance très juste: sans être glauquissime, l’ambiance de la salle est autant dérangeante que l’esprit de notre cher Joker est dérangé. Du coup, on est bien plongés dans son histoire et, bizarrement, on n’a pas forcément envie de rester dans le salon à manger une pizza (bref, très bonne immersion!).
Un espace de jeu important: le fait de démarrer le jeu en groupes séparés (et qui ne doivent pas savoir où ils se trouvent) implique que l’espace de jeu doit être grand. C’est le cas ici, ce qui est particulièrement agréable, surtout en début de mission, car on a vraiment l’impression que le reste de son équipe est enfermée dans un sous-sol ou très très loin.
Des énigmes très bien intégrées: entre les énigmes et les mécanismes de la salle, vous êtes certains de passer un très bon moment, sans jamais oublier qu’un homme un peu louche risque de revenir dans une heure.

Les Moins

Expérience différente selon les joueurs: séparer les joueurs en deux groupes est un parti pris, et se justifie très bien vu le scénario. Pour autant, il est vrai que nous avons eu le sentiment de progresser de manière séparée pendant un certain temps. Cela fait que, d’un côté comme de l’autre, nous n’avons pas évolué dans le même endroit, ni résolu/découvert les mêmes énigmes.

Nos notes sur 5:

Fouille  NoteNote
Décors  NoteNoteNoteNote 0,5
Immersion  NoteNoteNoteNote
Difficulté  NoteNoteNoteNote 0,5
Note globale  NoteNoteNoteNote 0,5

NB: Omescape vous propose de venir découvrir l’antre du Joker en équipe de 5 à 7 personnes (croyez-les quand ils conseillent 5 personnes minimum, ils savent de quoi ils parlent ;)). Plus d’infos ici