Le Bunker de l’Officier Von Vokte (Game of Room)

Game of Room a ouvert il y a peu à Villeurbanne. On arrive dans cette enseigne qui, rien que par son espace d’accueil, donne envie. Au programme: accueil extrêmement chaleureux de la part du gérant de l’enseigne, canapés confortables, bonbons, jeux à disposition et boissons proposées. De plus, elle propose deux salles-dont-on-n’arrive-pas-à-prononcer-le-nom-sans-tricher-en-allant-jeter-de-nouveau-un-oeil-au-site: le bunker de l’officier Von Vokte et la malédiction de Thoutmôsis II. Pour cet article, on va vous parler bunker (mais mon petit doigt me dit que la malédiction de Thoutmôsis II n’est pas loin, et que vous devriez prochainement en entendre parler) (oui, ça s’appelle du teasing).

On sent que notre hôte est un passionné d’escape games, on se dit que ça sent plutôt bon du coup quant à la qualité de la salle. Après avoir papoté pas mal de temps à propos de différentes salles, il est temps d’y aller. On s’arrête au pied de l’escalier qui va nous mener dans le bunker. On nous pose une question: « savez-vous ce qui s’est passé le 26 mai 1944? »

poussiere.gif

Bon, bah… on n’avait pas la réponse. Donc pour information, le 26 Mai 1944, Lyon était bombardé. Et c’est précisément à cette date que nous nous trouvons aujourd’hui, juste avant les bombardements. Nous sommes un groupe de résistants, qui sommes transférés au bureau de l’officier Von Vokte.

Nous n’en saurons pas beaucoup plus, si ce n’est que nous avons une heure pour nous échapper avant que les bombardements ne commencent et remettent clairement en question nos vies.

Un début qui met dans l’ambiance

Notre Game Master nous demande de faire silence jusqu’au début de l’aventure. Nous montons donc les escaliers sans échanger le moindre mot, les unes derrières les autres, et bizarrement, ça jette un énorme froid. A notre entrée dans la salle, notre maître du jeu (qui n’en est plus vraiment un, mais plutôt un méchant SS) nous attache à différents endroits de la salle et s’en va.

sad cat.gif

Quand ton Game Master était adorable avec toi et que d’un coup il te menotte

C’est parti pour 60 minutes. Au niveau des décors, aucun doute, au vu des éléments qui se présentent à nous, nous sommes en pleine seconde guerre mondiale.

Un peu de fouille au départ pour réussir à nous libérer les unes après les autres, et nous pouvons enchaîner sur des énigmes plus complexes. Une première lettre nous permet d’en apprendre un peu plus sur le contexte dans lequel s’est effectuée notre venue.

Enigmes variées et progression non-linéaire

Plusieurs énigmes plutôt longues sont à résoudre, et peuvent être faites en parallèle les unes des autres (d’ailleurs, si vous comptez vous en sortir, on vous conseille vivement d’adopter cette technique!). Elles sont variées (machines, observation, déduction) et devraient pour certaines vous donner un peu de fil à retordre. Pas de panique dans ce cas là, votre Game Master vous viendra en aide, avec un système d’indice particulièrement pertinent et en lien avec l’époque.

Nous avons eu à résoudre une énigme via une machine de l’époque, pour laquelle une notice d’utilisation est fournie. Autant vous dire que l’immersion est très bonne et qu’on salue la volonté des créateurs de la salle de nous proposer les décors les plus cohérents possibles.

Un fil conducteur

Durant toute la partie, votre progression vous amènera à trouver des écrits qui vous permettront de comprendre un peu mieux qui est l’officier Von Vokte.

Au cas où l’immersion ne serait pas assez bonne, la bande-son vient vous mettre un bon coup de pression qui montera crescendo au fur et à mesure des 60 minutes (les bombardements se faisant de plus en plus proche).

C’est finalement au bout de 55 minutes que nous sortons du bunker, soulagées et très contentes de cette expérience.

RLGe6Yes.jpg

Elle est pas belle la Résistance?

(moi dans ma tête pendant que je me faisais menotter) « s’il me crie dessus en allemand, je vais pleurer »

Les Plus

Une très bonne immersion: avant même d’entrer dans la salle, on y était. Et on y a été jusqu’à notre sortie. Tout y est: les décors, la bande-son, le système d’indice. Un sans faute!
De la manipulation très sympa:  dans la continuité de l’immersion, on a apprécié manier des machines de l’époque pour pouvoir résoudre des énigmes
Un thème peu exploité: est-ce le côté « trop sérieux » du thème qui rebute les enseignes? on ne le sait guère, toujours est-il que c’était la première fois pour nous que nous faisions une salle en lien avec la seconde guerre mondiale. L’idée d’avoir en plus pris un événement marquant de la ville de Lyon est sympa.

Les Moins

Niveau assez compliqué: je ne sais pas si nous n’avons pas été inspirées, mais il est vrai que nous avons eu besoin de l’aide de notre Game Master à plusieurs reprises, et que les énigmes ne semblaient pas s’enchaîner de manière fluide

Nos notes sur 5:

Fouille  NoteNoteNote 0,5
Décors  NoteNoteNoteNote 0,5
Immersion  NoteNoteNoteNote
Difficulté  NoteNoteNoteNote
Note globale  NoteNoteNoteNote 0,5

NB: La résistance a besoin de vous. Vous pouvez participer au soulèvement en organisant une mission de 2 à 6 personnes. Plus d’infos sur: http://www.gameofroom.fr