Le Cannibale de Paris (Chapitre 2) (You Have Sixty Minutes)

Il y a quelques mois, nous avions rencontré le Cannibale de Paris, expérience relativement traumatisante, d’où nous étions sortis vivantes, certes, mais un peu mortes  à l’intérieur. Du coup, à l’approche d’une nouvelle rencontre avec lui, plus on se rappelait ce moment passé avec lui, plus on se demandait ce qui nous poussait à retourner le voir, si ce n’est du masochisme complet.

Bref, nous y voilà! Devant l’enseigne de nouveau, à nous demander ce qui pourrait bien se passer de pire que la fois précédente et si le temps qui passe a plutôt tendance à assagir le cannibale ou à le rendre encore plus fou. La porte de l’enseigne s’entrouvre, c’est parti…

It’s a creepy world after all

La particularité de l’enseigne You have sixty minutes est sa capacité à vous embarquer dans leur univers littéralement dès que vous franchissez la porte de l’enseigne. C’est bon, on est ultra tendus, et certains se demandent d’ores et déjà pourquoi ils sont venus. Mais c’est trop tard. Gérald, le majordome du cannibale, a un peu changé, et le temps ne lui a pas forcément réussi niveau physique: il est définitivement flippant. Sa voix, ses propos, tout est complètement glauque.

smell cannibale.gif

Quand ça sent très fort le malaise alors que ça fait environ 5 secondes que tu es là

On s’installe histoire d’être « briefés » et une première « surprise » complètement « what the f…? » nous attend dans la pièce. On sent que l’enseigne veut vraiment tendre au maximum ses joueurs et on a un peu peur pour la suite.

Le déroulement de départ va rester le même que dans la précédente aventure, et chacun de vous devra donc faire preuve de pas mal de courage très rapidement. Les premières minutes pourront en effet être particulièrement angoissantes et on avoue n’avoir jamais passé un aussi mauvais moment dans une salle.

Une belle tranche de vie

Après pas mal de coopération, notre équipe progresse et a la chance d’avoir un courageux qui va toujours ouvrir la voie à chaque fois qu’un endroit douteux se présente à nous (c’est-à-dire environ tout le temps). Nos avancées nous permettent d’en apprendre un peu plus sur une partie de la vie du cannibale, ce qu’on a trouvé intéressant. Ce qu’on découvre sur lui ne nous poussera toutefois pas à vouloir rester plus longtemps avec lui: loin de là. Les éléments que l’on trouve à son sujet nous permettent d’actionner différents mécanismes bien intégrés. On notera toutefois qu’il nous a été compliqué d’identifier les effets de nos actions (est-ce une porte qui s’est ouverte? un meuble? un tiroir?), donc il faudra vous montrer attentifs si vous ne voulez pas perdre de temps.

desperate search.gif

Quand tu veux te barrer au plus vite et que tu cherches désespérément ce que le mécanisme activé a déclenché 

Les énigmes sont toutes relativement glauques et certaines seront plus évidentes que d’autres à réaliser. De manière générale, on note un effort d’intégration plus important que dans le précédent chapitre, même s’il y a encore des efforts à faire de ce côté là (mais êtes-vous vraiment là pour vous demander pour quelle raison vous êtes en train de réaliser telle ou telle action? vous êtes comme nous, vous voulez juste sauver votre peau, n’est-ce pas?).

Au niveau de la progression dans la salle, sachez que vous n’aurez un chrono qu’à la toute fin de votre partie. Côté Pandas, c’est quelque chose qu’on regrette un peu: en effet, on aurait préféré ne pas avoir de chrono du tout; le GM s’amusera beaucoup avec votre équipe, notamment à la fin, vous faisant perdre pas mal de temps, et du coup, on a trouvé un peu frustrant d’afficher aux joueurs le temps qui passe alors qu’ils sont « condamnés » à ne pas progresser dans les énigmes pendant plusieurs minutes.

Un Game Master ultra investi

Parlons du Game Master qui s’amuse avec vous: pendant 60 minutes, il ne vous laissera aucun répit. A nos yeux, ça a été trop. Mais certains membres de notre équipe ce jour là vous diraient que c’était génial. Tout est donc question de perception, mais soyons clairs, de notre côté, durant les dernières minutes, on était vraiment épuisés d’angoisse et un gros mal de crâne nous a guettés en sortant de là.

fainting.gif

Quand tes dernières forces te lâchent à la sortie

« Ok j’arri… AHHHHHHH!!! PITIE AVANCEZZ AVANCEZZZZ »

Les Plus

Une immersion totalement horrible: c’est bien entendu clé dans une salle qui fait peur: il faut qu’elle fasse peur! Pour cela, le plus vous oublierez que vous êtes dans un jeu, le plus vous aurez peur. Dans cette salle, le pari est plus que réussi. On a passé 60 minutes à être sous pression sans cesse, à cesser de respirer au moindre bruit et à se mettre dans un coin face à toute ombre suspecte.

Des décors magnifiquement horribles: on a été impressionnés par la véracité des décors. Rien à redire: le sang est là, les bouts de chair humaine aussi et la demeure du cannibale est bien à l’image de ce qu’on pourrait s’imaginer

Découverte de l’horrible histoire du cannibale : on a apprécié que ce second chapitre se penche plus sur un bout de vie du cannibale (miam, une belle tranche de vie), avec un scénario clairement plus présent; de là à s’attacher à lui, non. Non non.

Les Moins

Une frayeur qui va trop loin: ça pourra paraître paradoxale de se plaindre d’avoir trop peur dans une salle qui fait peur, mais certains éléments nous ont paru objectivement pousser la frayeur trop loin. Au début notamment, l’une de nous a vraiment eu peur pour sa vie (le Game Master s’est montré à l’écoute, mais même, c’était déjà beaucoup pour un début), tandis qu’une autre était clairement dans une situation désagréable qui ne nous a pas rassurés non plus. Et les jump scares sont si nombreux qu’on n’a jamais le temps de redescendre, ce qui a du coup été physiquement très éprouvant. On ne peut que vous conseiller de commencer par le Chapitre 1, qui à nos yeux, est un cran en-dessous sur l’échelle de la frayeur (plutôt au niveau « je vais mourir j’ai peur », alors que dans cette salle, on est sur un « je veux mourir j’ai peur »). Selon comment se passe cette première salle, vous devriez savoir si c’est une bonne idée de vous lancer dans cette nouvelle aventure.

Un sentiment assez frustrant de ne pas maîtriser son destin: une fois encore, ce sentiment est très cohérent avec l’expérience que nous avons vécu: après tout, nous sommes prisonniers d’un cannibale, donc tout ne peut pas se passer comme nous le voudrions. Pour autant, on a trouvé par moment que beaucoup de rebondissements étaient orchestrés pour nous faire ressentir encore plus de peur certes, mais au détriment de notre progression dans l’aventure. Ca pourra s’avérer assez frustrant selon vos objectifs en tant que joueurs.

Nos notes sur 5

Fouille  NoteNoteNote
Décors  NoteNoteNoteNote
Immersion  NoteNoteNoteNoteNote
Difficulté NoteNoteNoteNote
Note globale  NoteNoteNoteNote

Envie de faire plaisir à vos amis? Marre des classiques repas au resto? Venez donc dîner chez le Cannibale, qui reçoit à dîner 2 à 6 repas personnes. Allez faire pipi avant de venir dans l’enseigne, évitez de manger avant, ne mettez pas de talons aiguilles, ni vos habits préférés, et tout devrait quand même mal se passer! Pour ça, réservez ici!